Historique

 

Durant les premières années d’existence de la Télé-Université (Téluq), de 1974 à 1980, les tuteurs (alors appelés « animateurs ») jouissaient d’une grande autonomie professionnelle et de bonnes conditions de travail, et ce, malgré le fait que leur statut en était un de contractuels. La détérioration de leur situation professionnelle durant la décennie suivante a conduit, au début des années 1990, à la constitution du syndicat des tuteurs et des tutrices.

Ce dernier s’emploie depuis lors à faire reconnaître la profession de tuteur – une profession qui fait appel à l’exercice de tâches se rattachant normalement à l’acte d’enseigner – et à améliorer, sous tous les angles, les conditions de travail de quelques 200 tuteurs et tutrices qui interviennent dans plus de 300 cours de premier cycle offerts à distance par la Téluq.

L’exposé qui suit retrace l’action et les luttes syndicales qui ont permis, dans un contexte institutionnel et technologique en mutation et au sein de rapports de pouvoir souvent conflictuels, d’obtenir des résultats positifs, mais encore insuffisants quant à l’aboutissement des revendications statutaires visant à revaloriser la fonction et à renforcer la stabilité de l’emploi.

Lire la suite du texte dans la Revue T@D, p. 65 ; texte rédigé par Sylvie Pelletier, présidente du syndicat,
La syndicalisation des tuteurs de la télé-université : origine, enjeu et résultats

Revue de T@D-texte de Sylvie Pelletier 2014