Projet e-campus – Avec les tuteurs et les tutrices pour l’avenir de la TÉLUQ

MONTRÉAL, le 1er fév. 2018 /CNW Telbec/ – Face aux récentes interventions au sujet de la mise en place prochaine du projet e-campus par la ministre Madame Hélène David, le Syndicat des tuteurs et des tutrices de la Télé-université (STTTU-CSN) prend position en faveur d’une formation à distance plaçant le service aux étudiantes et aux étudiants au cœur de sa mission.

Tout comme le signalent des associations étudiantes en entrevue au Soleil le 31 janvier, le syndicat souhaite que ce projet soit pensé en fonction des besoins particuliers des étudiantes et des étudiants à distance. C’est justement l’enjeu de la négociation actuelle des tuteurs et des tutrices de l’Université TÉLUQ, dont l’objectif est que celle-ci continue de miser sur un encadrement de qualité, privilégiant le contact pédagogique. La TÉLUQ est bien positionnée pour obtenir une place de choix au sein de cette plateforme virtuelle, à la condition qu’elle mise sur son expertise et sur son modèle unique en formation à distance, et donc qu’elle s’appuie sur ses employé-es d’expérience, les mieux à même d’assurer son avenir.

Le directeur général de la TÉLUQ, Martin Noël, en entrevue au Soleil le 29 janvier, dit craindre le recours à des « formations privées » en enseignement à distance.  Or, c’est le modèle que la TÉLUQ elle-même semble adopter depuis un an déjà. En 2017-2018, c’est 37 % des étudiantes et des étudiants de la TÉLUQ qui sont encadrés par des employé-es d’un sous-traitant privé, l’Institut MATCI, tel que l’annonçait récemment la direction au Conseil d’administration. La source de l’augmentation de la fréquentation étudiante à la TÉLUQ, à laquelle référait Monsieur Noël lors de son entrevue à Radio-Canada le 29 janvier, pourrait être attribuable à ce recours au privé. Cette sous-traitance de l’encadrement a déjà provoqué la mise à l’écart d’une quarantaine de tuteurs et de tutrices à l’automne 2016.

À maintes reprises, le syndicat a questionné la direction de la TÉLUQ sur la restructuration entamée par celle-ci qui conduit à la mise à l’écart de tuteurs et tutrices au service de l’institution depuis 10, 15 ou 25 ans. Le syndicat est toujours en attente de réponses de la direction et considère que celle-ci sera déterminante pour le rôle que la TÉLUQ pourra être amenée à jouer au sein de l’avenir de la formation à distance au sein du réseau public de l’éducation.

Le STTTU-CSN regroupe près de 200 tuteurs et tutrices. Il est affilié à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec-CSN qui regroupe quelque 35 000 membres dans 46 cégeps, 39 établissements privés et 13 syndicats d’université. Elle est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec. La fédération est l’une des huit fédérations affiliées à la Confédération des syndicats nationaux.

Pour de plus amples renseignements sur le STTTU-CSN, visitez http://stttu.ca/ et suivez-nous sur Facebook.

SOURCE STTTU-CSN

Renseignements : Nancy Turgeon,

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/projet-e-campus—avec-les-tuteurs-et-les-tutrices-pour-lavenir-de-la-teluq-672155213.html