Info-négo du 16 février 2018

Chers et chères collègues,

Voici quelques informations concernant les derniers développements liés à la négociation de notre convention collective.

Le syndicat a été informé de l’envoi du communiqué du Service des ressources académiques hier. Vous n’avez pas à vous préoccuper individuellement de ces menaces et aucune action de votre part n’est nécessaire. En fait, le syndicat lui-même a reçu une mise en demeure sur ce même sujet. C’est la troisième mise en demeure en deux mois, les premières suivant notre manifestation du 7 décembre et reprochant au syndicat, à la FNEEQ et au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CCQCA), une série d’affirmations faites au cours de la belle couverture médiatique reçue. La prétention de la TÉLUQ est en outre que nous n’avons pas le droit d’utiliser les termes d’ « enseignants » et de « mises à pied ». Nous vous laissons tirer vos conclusions quant au respect de la TÉLUQ face à ce que vous subissez suite à vos 10, 15, 25 années d’expérience comme professionnel de l’enseignement au sein de l’institution.

Le syndicat déplore cette intimidation juridique de la part de la TÉLUQ. Il est navrant que la TÉLUQ préfère cette option à la négociation en bonne et due forme, devant la conciliatrice ou sous d’autres formes. La TÉLUQ semble privilégier la menace juridique, plutôt que de nous présenter ses mandats, à la table de négo ou lors d’une rencontre politique telle que demandée par la FNEEQ, démarche ayant échoué.

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec à Montréal (SCCUQ) a d’ailleurs pris fermement position la semaine dernière pour dénoncer cette situation d’intimidation juridique, de pertes d’emplois et d’absence de négociation et pour mettre en œuvre des démarches pour les contester. D’autres syndicats de chargé-e-s de cours accueilleront notre présidente Nancy Turgeon dans leurs instances la semaine prochaine, afin de nous apporter leur support. Tous les syndicats de la grande région de Montréal affiliés à la CSN sont aussi impatients de pouvoir nous aider à mettre de la pression pour que nous obtenions une négociation dans les règles, ce qui serait enclenchée suite à notre accueil lors de l’assemblée générale du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM), au début mars.

L’enjeu central de notre négo, la qualité de l’encadrement en formation à distance, est d’ailleurs devenu un sujet politique brûlant d’actualité avec la création prochaine du campus électronique (e-campus). Consultez notre communiqué de presse pour en comprendre les tenants et aboutissants : www.newswire.ca/fr/news-releases/projet-e-campus—avec-les-tuteurs-et-les-tutrices-pour-lavenir-de-la-teluq-672155213.html.

Le cœur de cette négociation est la préservation des emplois des tuteurs. Notre gagne-pain est menacé à la fois par la reprise d’assignations de la part de nouvelles personnes embauchées sous le prétexte d’une nouvelle catégorie d’emploi que nous contestons, soit les professeurs sous contrat, ainsi que par la sous-traitance de l’encadrement à un institut privé, à but lucratif, ne détenant pas de permis d’enseignement de la part du ministère de l’Enseignement supérieur. C’est pourquoi nos représentant-e-s au Conseil d’administration (CA) de la TÉLUQ, Fabrice Pinard Saint-Pierre et Nathalie Ebnoether, ont envoyé une lettre aux administrateurs du CA pour dénoncer en bonne et due forme le manque de transparence de cette décision. Dans cette lettre, ils soulignent notamment que les administrateurs n’ont pas pu obtenir toute l’information sur cette sous-traitance. De plus, une 2e journée d’audience a eu lieu le 8 février dernier sur le dossier de la sous-traitance à l’Institut MATCI. Cette contestation juridique de la sous-traitance de l’encadrement, touchant 37% des étudiants de la TÉLUQ pour l’année 2017-18, devient un dossier d’importance à la TÉLUQ.

Enfin, nous comprenons que cette situation est extrêmement difficile pour plusieurs d’entre vous et nous tenons à rappeler que le syndicat est de tout cœur avec vous, et met toute son énergie à défendre l’emploi que vous assumez avec professionnalisme et dévotion depuis des décennies. Et rassurez-vous, nous ne sommes pas à court d’idées pour exercer les moyens de pression votés en assemblée, restez à l’affût!

Notre prochaine rencontre de négociation avec l’employeur en présence de la conciliatrice aura lieu le 27 février prochain.

Solidairement,

Votre comité de négociation,

Denis Bistodeau

Fabrice Pinard Saint-Pierre

Nancy Turgeon

 

Pour visiter notre site web : http://stttu.ca/

Pour nous suivre sur Facebook : https://fr-ca.facebook.com/stttu.ca/

Pour joindre votre syndicat : info@stttu.ca ou 514-725-5289